#Off2Africa Jour 21 Saint-Louis Sénégal

Vendredi 16 décembre 2016
Réveillé avec l’angoisse habituelle du matin… Je vais sortir prendre l’air et un café. Il fait un temps magnifique avec du vent et un grand soleil. Cela me fera du bien.

J’ai visité la maison familiale d’un marchand et parlé avec lui. Quand nous nous sommes salués au bord du fleuve, il m’a dit « Toi tu parles comme un Africain, tu habites ici depuis longtemps ? » Ce continent commence à laisser son empreinte sur moi. Je m’oblige à abandonner l’agitation indienne pour adopter la nonchalance africaine, je ralentis mon pas en marchant. Je prends le temps de saluer à la façon teranga, cette hospitalité typiquement sénégalaise, et de répondre « Bonjour, ça va ? » dans les rues. Je m’astreins souvent à ne rien faire.

J’aime m’assoir au bord du fleuve, regarder la vie autour de moi. Il y a toujours une porte entrouverte sur une cour encombrée de seaux, une femme qui prépare le repas, il suffit de sourire pour se sentir bienvenu. Je retourne dans l’extrême nord de l’île, la partie que je préfère. Les rues sont ensablées, il y des chèvres sous les arbres, des vendeuses de pastèques, des enfants qui jouent, des pêcheurs à la ligne, des rues dans lesquelles je me perds. Il y a aussi de petits restaurants sans prétention mais à l’ambiance familiale qui méritent d’être découverts, comme le Pointe Nord, tout au bout de l’avenue Jean Mermoz. Il n’y avait personne quand j’ai poussé la porte. J’ai donc demandé, comme à mon habitude : « Bonjour, ça va ? On peut encore manger ? » Evidemment qu’on peut ! Une gentille dame prend ma commande et disparaît en cuisine pour s’affairer spécialement pour moi. Quand elle ressort dans un grand nuage de fumée, elle me présente avec fierté ses beignets d’aubergine, bien piquants comme je les aime. Elle se poste ensuite derrière le comptoir, et comme une mère attentive, observe mes réactions. Je me délecte et je le lui fais savoir. Ce sont de petites choses de la vie, mais elles sont si importantes. Prendre le temps de ne faire qu’un geste à la fois. Juste manger, sans distraction, juste se réjouir d’avoir à manger. Prendre conscience que j’ai beaucoup de chance et en être reconnaissant.

Comme dit l’écrivain :

Et à la fin, tout ce que j’ai appris, c’est à être fort, seul.


Durant #Off2Africa, j’avais pris pour habitude de ne choisir qu’une photo par jour, une seule,
et de la partager, sans légende, via mon compte Instagram.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici d’autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.