#Off2Africa Jour 27 Dakar Sénégal

#Off2Africa Jour 27 Dakar Sénégal

Jeudi 22 décembre 2016
De la lecture, une longue marche en bord de mer pour satisfaire les besoins de stimulation, et quelques arachides achetées à une gentille dame sur la plage de Yoff…

Bien dormi, au réveil toujours un peu angoissé mais je suis sorti prendre l’air dans le jardin et en ai profité pour écrire.

Je lis aussi avec le plus grand intérêt L’analyse transactionnelle, un ouvrage de René de Lassus que m’a recommandé ma sœur. C’est l’un des deux vrais livres que j’ai mis dans mon sac en partant, avec Ébène, Aventures africaines. Toutes mes autres lectures sont en version électronique sur ma tablette, selon le conseil avisé de mon amie Muriel qui s’y connait en longs voyages !

La couverture nous dit que l’analyse transactionnelle est une « méthode révolutionnaire pour bien se connaître et mieux communiquer. » Ça tombe bien et ça commence fort :

« Ça va ? »
« Ça va… »
Beaucoup de gens répondent ainsi, même quand « ça ne va pas » très bien.
Et quand « ça ne va pas », il est souvent question des autres ou de quelqu’un d’autre.

L’expérience effectuée sur des rats décrite au chapitre 5, « Vous reprendrez bien encore un peu de strokes ? », me fait immédiatement penser à l’isolement carcéral que subit Hank Skinner et tant d’autres prisonniers dans le monde. En résumé :

« On élève trois groupes de rats de manière différente. Avec le Groupe A, on se montre gentil. Avec les rats du Groupe B, on fait le contraire, on se montre méchant. Quant au Groupe C, on les nourrit automatiquement mais on évite d’avoir toute forme de contact avec eux. Après quelque temps, on constate d’importantes différences de l’état de santé des rats. Sans grande surprise, on apprend que ce sont les rats du Groupe C qui, après quelques mois d’expérience, se portent le plus mal, dont l’état de santé est le plus défaillant.

Pourquoi ? Parce que ⎯ sans doute pour tous les êtres vivants ⎯ il est indispensable de recevoir des stimulations provenant de l’extérieur de soi.

Il s’en dégage une loi, très (trop) peu connue propre aux êtres vivants :

Mieux vaut recevoir des stimulations négatives (des coups, par exemple) que pas de stimulations du tout.

Saviez⎯vous, par exemple, qu’une dispute importante fournit presque autant de stimulation que l’intimité entre deux personnes ? Ça fait réfléchir, non ?

La pyramide des besoins est une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins, une théorie de la motivation élaborée à partir des observations réalisées pdans les années 1940 par le psychologue américain Abraham Maslow. Viennent en premier lieu des besoins physiologiques, suivis de besoins de sécurité, puis d’appartenance et d’amour, ensuite d’estime, et enfin d’accomplissement de soi.

Certains peuvent vivre isolés plus longtemps et mieux que d’autres. Ceux dont le métier fournit une dose importante de contacts avec les autres peuvent ainsi rechercher davantage de solitude et de calme, en vacances notamment. Il m’était difficile d’expliquer pourquoi je préférais toujours rentrer chez moi après une journée de huit (plus souvent, de douze) heures de cours, plutôt que de passer la soirée avec des collègues… Mais, évidemment, le retrait (ainsi que le définit l’analyse transactionelle) n’est pas toujours bien compris.

Depuis l’affaire #BringBackOurTeacher et le visa que m’a refusé l’Inde, je suis incapable de communiquer avec autrui et abasourdi par l’absurdité de ma situation. Je suis parti en voyage (lire : je me suis mis en retrait) pour fuir l’hiver mais aussi pour comprendre. Probablement aussi pour trouver un moyen de continuer à avancer dans la vie. Maslow estime justement que les besoins de survie sont prioritaires chez l’être humain…

Alors voilà : je lis, j’apprends, je fais les exercices pratiques proposés, je commence surtout à comprendre les méchanismes d’échanges, les transactions avec les autres. Je découvre (naïvement, dirait mon amie Sandrine) les jeux psychologiques, les stratagèmes (selon le transactionnaliste belge Nasielski) qui se mettent en place entre des individus. En soumettant certaines situations difficiles à la lumière de l’analyse transactionnelle, je réalise peu à peu ma part de responsabilité et les erreurs commises. Maintenant, il n’y a qu’à faire. En mieux.

Sur ces bonnes résolutions, je pars marcher pendant plusieurs heures en bord de mer pour être au calme (lire : je me mets en retrait). Au retour, j’achèterai des arachides à la gentille dame de la plage. Cela satisfera mes besoins de stimulation, sinon d’intimité.


Durant #Off2Africa, j’avais pris pour habitude de ne choisir qu’une photo par jour, une seule,
et de la partager, sans légende, via mon compte Instagram.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici d’autres…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.