#Off2Africa Jour 41 Dakar Sénégal

#Off2Africa Jour 41 Dakar Sénégal

Jeudi 5 janvier 2017
Des notes griffonnées sur un livre, des histoires de murs, de déserts populeux…

J’ai terminé aujourd’hui la lecture de L’analyse transactionnelle, fait tous les exercices proposés, appris et compris énormément. Maintenant, il n’y a plus qu’à, comme on dit.

Les objectifs d’Éric Berne, « l’inventeur » de l’AT, sont au nombre de quatre :

1. Conscience de soi dans nos rapports avec les autres et avec le monde ;
2. Spontanéité réelle, non « sociale » ;
3. Proximité et intimité sincères, franches, et sans calcul ;
4. Capacité de vivre des relations basées sur la confiance et le respect.

Le troisième point m’intéresse tout particulièrement, je l’évoquais hier :

L’être humain épanoui (…) est non seulement capable d’être proche des autres, parce qu’il aime ou apprécie cela. Il est capable de vivre la proximité et l’intimité sincère, c’est-à-dire franche, et sans calcul. Ce qui ne le rend pas dupe face aux manipulateurs, tricheurs et menteurs – la capacité de proximité éveille la perception intuitive des autres et l’être épanoui « sait » avec qui il peut être franc et sincère.

Cela me fait immédiatement penser à ces quelques mots de La traviata : questo popoloso deserto, « ce désert populeux ». Pensez à toutes ces heures que vous passez dans le métro, quand l’affluence vous colle à tous les autres passagers mais que chacun est retranché dans sa bulle, derrière ses écouteurs, dans une lecture, ou le plus souvent hypnotisé par un jeu électronique, addictif et stérile.

Rappelez-vous aussi (pour les moins chanceux en amour) de tous ces moments inconfortables, quand un mur semble vous séparer de la personne aimée, quand l’intimité est (mé)prise pour du sexe, quand le seul être qui vous manque est présent mais que tout vous semble pourtant dépeuplé.

Ceux qui ont connu l’Inde savent bien la promiscuité forcée que ce pays impose à ses habitants, ses visiteurs. C’est là-bas que j’ai appris à ne plus me soucier de la très (trop ?) grande proximité, des regards insistants, de la foule en général.

« À quoi bon ? La ville faisait autour de lui son remue-ménage inutile. Il savait bien que de cette confusion il ne pouvait plus rien sortir. Il remontait, avec lenteur, le peuple étranger des passants. Il pensait : « C’est comme si je n’étais pas là. » Il devait repartir avant peu : c’était bien. »

Antoine de Saint-Exupéry, Courrier Sud, chapitre XI

Confrontés à des situations difficiles, certains s’isolent et se barricadent derrière des murs, quand d’autres se perdent dans une vie sociale, dans des rencontres aussi vides que multiples. J’ai fait l’expérience des deux.

Je suis mis en route à travers l’Afrique de l’Ouest précisément pour me retrouver dans un désert populeux, pour être seul au milieu des gens mais aussi pour ré-apprendre progressivement les échanges sincères, francs et sans calcul…


Durant #Off2Africa, j’avais pris pour habitude de ne choisir qu’une photo par jour, une seule,
et de la partager, sans légende, via mon compte Instagram.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici une autre…
#Off2Africa Jour 41 Dakar Sénégal
#Off2Africa Jour 41 Dakar Sénégal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.