#Off2Africa Jour 54 Conakry Guinée

#Off2Africa Jour 54 Conakry Guinée © GILLESDENIZOT

Mercredi 18 janvier 2017
Dans le cadre existe la liberté, dans la structure respire le flou, dans le rituel meurt la routine, dans la contemplation nait la gratitude…


L’horizon sur le fleuve Casamance changeait imperceptiblement, passant d’un ton pâle à pastel, dans un calme absolu. À Conakry, la vue imprenable sur l’océan agissait pareillement et amenait avec elle une force nouvelle, vivifiante. Je me reposais chaque nuit et au matin, après avoir salué Monsieur Camara, je m’installais face au soleil levant, témoin privilégié d’une scène sans cesse renouvelée.

Je ne combattais plus, ni contre le sentiment de bien-être ni pour me maintenir en mouvement. Et c’était bon. J’avais enfin adopté le temps de l’Afrique, une nonchalance profonde et vraie. Ce cadre m’enchantait en m’offrant un espace, un canevas fondamental. Du confort, du silence, de la nourriture, de la musique, de la lecture, de l’attention, du respect, du rire aussi.

Et chaque matin, ce rituel :

#Off2Africa Jour 54 Conakry Guinée © GILLESDENIZOT 2017

Puis je descendais les étages et me rapprochais de mon banc, tout au bord de la rive, pour contempler le point de l’horizon où l’océan et le ciel se rencontrent (et m’y abandonner) selon le manifeste de Marina Abramović que j’évoquais à Dakar. Car il y a un monde entre routine et rituel. Car la vie est une participation joyeuse à un monde de chagrins


Durant #Off2Africa, j’avais pour habitude de ne partager qu’une photo par jour, sans légende.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici d’autres…

Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.