#Off2Africa Jour 91 Abidjan Côte d’Ivoire

#Off2Africa Jour 91 Abidjan Côte d'Ivoire © GILLESDENIZOT

Vendredi 24 février 2017
Une nouvelle grande étape du voyage et le respect de la tradition…

Au jour 91, j’atteins la troisième grande étape d’Off2Africa. Après Dakar et Conakry, me voici au pays des Bidjan. Quelques pas hors de la gare routière et c’est tout un monde qui pulse dans l’obscurité des rues. La ville est cinq fois plus vaste que Paris, et trois fois plus peuplée, mais celui qui a vécu en Inde est habitué à la fièvre des métropoles. Bonne arrivée dans la Perle des lagunes !

J’avais aussi atteint Dakar à la nuit tombée, au vingt-cinquième jour de voyage. Cela ne m’inquiète plus car je suis désormais accoutumé au mode de vie africain et impatient de prendre mes quartiers. Abidjan se répartit sur plusieurs plateaux, des îles, des baies, des lagunes, le tout dans une végétation luxuriante. Même si la Côte d’Ivoire est une terre riche de métissages, où les populations se mélangent volontiers, la géographie particulière d’Abidjan, et son développement au fil des ans, ont produit des quartiers aux caractéristiques précises. J’ai loué un appartement à la semaine sur l’île de Petit-Bassam, entre Marcory et Koumassi. J’aime la mixité des habitants, des bâtiments, de la vie dans la rue. Proche de la Zone 4, le point de ralliement des expatriés, cette commune est tout de même encore bien africaine, avec des chaussées recouvertes de terre, des marchés en plein air, des échoppes. Mais je ne suis pas dupe sur la forte probabilité d’avoir choisi Marcory en lisant qu’il y existait une Rue des Mille maquis… (Il y a même une boutique de marchandises bon marché dont le nom m’a bien fait rire… Vous la découvrirez dans les photos plus bas.)

Il est dit qu’Abidjan ne dort jamais. De fait, je vais vivre au rythme local, me déplacer en wôrô-wôrô, et découvrir les nuits d’enjaillement en gazant avec une bande d’ambianceurs qui connaissent façon. Je peux affirmer que je n’ai pas souvent calé à la maison ! Mais respectons avant tout la tradition en goûtant à la Bock locale (« la bière de l’homme fort » dit le slogan), pour prendre la température de la ville…


Durant #Off2Africa, j’avais pour habitude de ne choisir qu’une photo par jour, une seule,
et de la partager, sans légende, via mon compte Instagram.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici d’autres…