Pourquoi je n’utilise plus facebook, instagram, whatsapp

#DeleteFacebook © GILLESDENIZOT 2020

Vous lisez ce billet et pourtant je ne l’ai pas partagé via facebook, instagram ou whatsapp. Pourquoi ? Vous l’apprendrez ici.


Il y a donc un monde ailleurs, un autre mode de partage sans que mes données personnelles (ni les vôtres) ne soient monnayées, une autre vie possible sans la dictature de Zuckerberg.

Facebook blocked my pages. I have stopped using #facebook #instagram #whatsapp

« Des scandales, Facebook en connaît régulièrement. De sa sempiternelle rivalité avec Google, en passant par la revente des informations personnelles des utilisateurs, aux polémiques sur la propriété des contenus… le géant des réseaux sociaux ne cesse de faire parler de lui. »

Scandales de Facebook – L’Express L’Expansion

Trois exemples récents :

  • Dallas Opera — Le Linda and Mitch Hart Institute for Women Conductors du Dallas Opera est un programme novateur qui aide à surmonter l’inégalité des genres dans le monde de la direction d’orchestre. La résidence de deux semaines est destinée à identifier les femmes chefs d’orchestre prometteuses et à investir dans leur croissance. Et pourtant, le 9 mars 2020, lorsque le directeur de l’administration artistique de l’opéra, David Lomeli, a publié une photo pour recruter des candidates, Facebook a supprimé la publication et a informé Lomeli que l’opéra ne peut pas destiner sa communication aux seules candidates féminines. [Alors même que facebook autorise les publicités ciblées…]
  • Les publicités ciblées, parlons-en justement ! Comme Neon le demandait en 2019 : « Pourquoi Facebook met 3 mois pour supprimer des publicités dangereuses à propos de la PrEP, et 3 minutes pour un téton ? Il a fallu trois mois pour que Facebook supprime des publicités trompeuses sur sa plateforme. Des cabinets d’avocats américains ciblaient des personnes LGBT+ via le système publicitaire Facebook pour diffuser des informations dangereuses sur les effets secondaires de la PrEP, la pilule qui protège du VIH. Les publicités indiquaient que les personnes séronégatives ingérant le médicament pouvaient observer des impacts sur leur densité osseuse ou des problèmes rénaux. […] Si des effets secondaires existent, comme sur tout médicament, les annonces cachent l’efficacité face au VIH qui l’emporte sur les risques. »
  • Enfin, The Great Hack : L’Affaire Cambridge Analytica / Facebook — « Ils ont pris vos données, puis ils ont pris le contrôle. Ce documentaire met en lumière le sombre univers de l’exploitation des données informatiques à travers de passionnants récits personnels des différentes parties impliquées dans le scandale Cambridge Analytica/Facebook. » Disponible sur Netflix (et ailleurs, en libre accès pour les débrouillards…)  

Pourtant, nous sommes nombreux à avoir (eu) un compte facebook.

Après l’affaire de mon visa de travail refusé par l’Inde et la liste noire, j’ai arrêté d’utiliser mon profil privé. Cependant, je ne pouvais pas le supprimer totalement. En effet, en tant qu’administrateur de neuf pages, facebook m’obligeait jusqu’à peu à les lier à mon profil privé. La plupart des administrateurs avaient donc créé des comptes sous pseudonymes, ce qui contrevient au règlement interne et les exposent à des suspensions ou exclusions du réseau.

Puis, Facebook a modifié cette règle draconienne en donnant la possibilité aux administrateurs de créer un compte professionnel (Facebook Business Account), ce que j’ai fait. Cela semble une amélioration et pourtant, le géant bleu vous oblige toujours à :

  1. Utiliser une application smartphone pour vous connecter via votre profil privé, qui doit mentionner votre ville actuelle ;
  2. Autoriser la géolocalisation des pages que vous gérez, qui seront automatiquement basées dans la ville que mentionne votre profil privé, même si elles concernent un pays différent ;
  3. Autoriser que la géolocalisation soit maintenue en tous temps, en arrière-plan, même quand vous n’utilisez pas l’application.

Relisez bien ce que vous venez de lire…

À deux reprises, en août 2018 puis en février 2020, facebook a bloqué mes comptes plusieurs semaines pour m’obliger à accepter les trois conditions ci-dessus. À deux reprises, facebook m’a empêché de publier des informations sur mes neuf pages, sans m’autoriser à en alerter les membres, sans même prévoir un message automatique pour signaler la suspension. Je dis à deux reprises, mais il faut savoir qu’il y a quelques années, facebook avait purement et simplement supprimé ma page Abolish the Death Penalty qui comptait alors plus de 60 000 membres. Le compte twitter @AbolishDeathPen a, lui, survécu.

Jamais deux sans trois, dit l’adage. Aussi, sans attendre une troisième suspension, j’ai décidé de ne plus utiliser facebook, instagram, whatsapp.

En pratique, cela signifie que je vais supprimer (ou ne plus mettre à jour), outre mon profil privé, les pages facebook suivantes :

  • Gilles Denizot
  • OperaLab
  • The Red Ribbon Army (près de 500 000 membres, oui vous avez bien lu)
  • Indian Coalition Against the Death Penalty
  • Pasticcio Madras
  • Lobby2013Chennai
  • ItsComplicated
  • Iktsuarpok_OS15
  • Tutti gabbati

Je vais aussi supprimer (ou ne plus mettre à jour), les comptes instagram suivants :

  • Gilles Denizot
  • OperaLab

Le manque à gagner pour facebook ? Un utilisateur en moins et des centaines de milliers de personnes qui ne bénéficieront plus d’informations quotidiennes, en particulier sur la page The Red Ribbon Army.

« Quoi qu’il en soit, la multiplication des scandales autour de Facebook n’impacte que très peu les finances et la croissance de l’entreprise. Au deuxième trimestre 2019, le fleuron de la Silicon Valley a présenté un chiffre d’affaires de 16,7 milliards de dollars, supérieur aux attentes des analystes et qui représente une progression de 28 % sur un an. L’entreprise ne s’est jamais aussi bien portée. »

Enième scandale Facebook : les numéros de téléphone de 420 millions de comptes dans la nature

Combien de temps faudra-t-il pour que nous refusions d’enrichir Zuckerberg ? Selon le magazine Forbes, sa fortune personnelle était estimée à 74,1 milliards de dollars américains en 2019. Elle serait de 63,1 milliards de dollars en 2020. Car, comme l’indique Business Insider France, le PDG et co-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a perdu plus d’argent que n’importe lequel des 500 milliardaires les plus riches du monde pendant l’année catastrophique de Facebook.

Alors, pour toutes ces raisons, je n’utilise plus facebook, instagram, whatsapp.

Je supprime ces trois réseaux de tous mes comptes, je supprime les boutons de partage et les flux de diffusion, j’utilise le Facebook Container de Mozilla Firefox pour empêcher facebook de me suivre partout sur Internet, et je vais poursuivre mon activité sur des sites alternatifs (tels que Minds, ELLO, ou Sociall), tout en continuant à partager via twitter, une plateforme sur laquelle toutes mes pages sont actives depuis longtemps.

Pour remplacer whatsapp, je privilégie dès à présent mon compte Telegram (cliquez ici pour m’ajouter directement) mais il est possible que je lui préfère Signal, une application encore plus sécurisée qui a reçu l’approbation de l’ACLU, de l’EFF et d’Edward Snowden.

Enfin, au lieu de publier ma photo du jour sur instagram, je vais reprendre l’écriture d’histoires comme durant #Off2Africa et je nourrirai mon site plutôt que le tyran bleu.

#DeleteFacebook et au plaisir de vous retrouver, de ci, de là…

Un commentaire sur “Pourquoi je n’utilise plus facebook, instagram, whatsapp

  1. Merci pour ce témoignage. Je suis consciente du caractère tentaculaire, presque totalitaire de ces réseaux… mais je suis attachée à leur potentiel social et viral, leur capacité à faire communauté, il me semble impossible d’y renoncer… surtout en temps de confinement.

Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.