#Off2Europe Genève — Un lac, des mouettes et un envol vers le futur…

L’avion s’élève au-dessus de Genève et m’offre une dernière vue imprenable sur mon lac Léman avant d’atteindre sa vitesse de croisière…


L’eau, pour un natif du signe des Poissons, c’est essentiel ! En y songeant bien, entre 2006 et 2020, j’ai toujours vécu au bord de l’eau… D’abord à Hambourg : l’Alster, l’Elbe, et toute proche, la mer du Nord ; ensuite à Chennai : le golfe du Bengale et l’océan Indien ; enfin, à Tanger, entre la mer Méditerranée et l’océan Atlantique. C’est sans doute pour cette raison que j’ai toujours rêvé de m’installer à Amsterdam

Alors, après avoir nagé d’une rive à l’autre du Rhin, je n’ai pas pu résister à l’invitation de mon ami Alex et ai fait une halte en gare de Lausanne. C’était la fin de l’après-midi, le meilleur moment d’une journée estivale au bord du lac Léman. Direction le port d’Ouchy où nous attend son petit Zodiac. En quelques minutes, le voilà lesté de sa bâche bleu marine, mis à l’eau, nous dedans, sous le regard vigilant d’une mère cane flanquée de sa ribambelle de rejetons… Nous jouerons à faire la course jusqu’à la sortie de la marina, puis, ce sera droit devant jusqu’à atteindre un coin tranquille au milieu du lac. Comme dans l’épisode de Schaffhouse, se laisser porter entre les deux rives, entre deux pays, la Suisse et la France.

#Off2Europe © GILLESDENIZOT 2020

J’aime ce lac, j’aime toutes ces étendues d’eau, que l’on discerne la terre au loin ou qu’on ne puisse que s’imaginer un autre pays, un autre continent… Je suis comme un gamin, je laisse pendre ma main pour qu’elle glisse à la surface, je mouille mon visage et ris des éclaboussures qui me détrempent, jusqu’à plonger pour sentir cette eau m’envelopper tout entier. Le bonheur !

La tradition, de retour au port, est de nous attabler en terrasse pour déguster une fondue avec un bon verre de vin blanc. Mais, en cette année marquée par la pandémie Covid, le restaurant est fermé… Ce sera pour l’an prochain ; je saute dans le premier train à destination de Genève, puis je retrouve mon auberge de jeunesse dont certains dortoirs offrent une vue sur le lac ! Il fait doux, la fenêtre restera ouverte, laissant passer les rumeurs des attractions foraines sur le quai…

Le lendemain matin, c’est l’appel irrésistible des Bains des Pâquis… en été comme en hiver, c’est depuis longtemps mon chez-moi, qui m’aime m’y suive ou m’y retrouve.

J’y ai tant de souvenirs : Sonia, et Muriel, et Céline, et Christopher, et les cabines (qui servaient parfois à se changer…), et les jeunes gars qui se laissent envier depuis le plongeoir, et les pichets de Dôle Blanche ou, plus récente, la bière au gingembre, et les tartines de Cénovis (en Romandie, on connaît le Cénovis…) et le bol de bircher müesli (en Romandie, on parle aussi un peu de Schwyzertüütsch…), et les salades grecques (beaucoup d’huile d’olive, s’il vous plaît, et du pain, ah oui, du bon pain pour saucer, si les moineaux ne se montrent pas trop insistants…), et le plat du jour ou sa variante végétarienne (mais j’arrive toujours trop tard, et puis de toute façon, la salade grecque — avec beaucoup d’huile d’olive et du bon pain pour saucer — a toujours eu ma préférence), et la part de gâteau aux carottes, et les pieds dans l’eau, et les cygnes, et les poules d’eau et la mère cane flanquée de sa ribambelle de rejetons… hop hop hop les petits, c’est la sirène qui annonce l’entrée en rade de Genève d’un des majestueux navires de la flotte Belle Époque de la Compagnie Générale de Navigation sur le lac Léman (CGN).

D’aussi loin que je me souvienne, les bateaux à vapeur de la CGN me font rêver… Mais quand je veux m’évader sur un coup de tête, je leur préfère les Mouettes genevoises. Plus modestes que La Suisse (entièrement rénové en 2009, le vapeur-amiral au salon 1ère classe est qualifié de plus beau bateau à vapeur du monde !) et pour seulement CHF 3.00, je m’offre une heure d’allers et retours sur le lac, et je m’amuse à nouveau comme un gamin !

Ma mouette préférée (et c’est Muriel qui me l’a faite découvrir) est celle qui assure la Ligne M4. Entre le Débarcadère de Chateaubriand (à deux pas de mon auberge de jeunesse) et Genève-Plage Port Noir, c’est à bord d’un bateau à propulsion électro-solaire de 60 places (MG6 Solaris ou MG12 Hélios) que vous effectuerez la traversée.

Pour les amateurs, c’est l’opportunité d’admirer les voiliers dans la marina de la Société Nautique de Genève. Avec un peu de chance, si elle est de sortie, vous verrez aussi La Neptune… Construite en 1904, elle appartient à la famille des grandes barques à voiles latines du Léman.

#Off2Europe © GILLESDENIZOT

J’ai eu la chance d’apercevoir La Neptune et encore plus de chance de troquer mon dortoir contre l’appartement de Muriel aux Pâquis. Alors, ça, c’est le grand luxe ! Au coin de la rue d’en face, notre boulangerie de prédilection a de nouveaux gérants. Leurs pains au chocolat, onctueux et décadents, resteront dans nos mémoires d’ados tout comme les airs d’opéra qui couvraient largement les conversations des clients…

Comme le veut la tradition « De ci, de là », et selon le proverbe wolof « Si tu ne changes pas de place, tu ne peux pas savoir quel endroit est agréable », il est temps d’aller voir ailleurs… 

Et cet ailleurs est Madrid,
le nouveau chapitre dont je parlais en quittant Tanger

Les cheveux et la barbe ont poussé depuis mon ultime visite chez mon barbier Ali à Tanger, je vais vite faire rectifier la coupe dans un salon du quartier, avant de faire des provisions de Cénovis et de chocolat. Mon sac est bouclé en peu de temps et je n’ai plus qu’à attendre en porte A4 le vol IB 3493 à destination de MAD.

L’avion, quasiment vide, s’élève au-dessus de Genève et m’offre une dernière vue imprenable sur mon lac Léman avant d’atteindre sa vitesse de croisière et de filer sur une mer de nuages, coucher de soleil en prime !

Comme en 2013, à mon arrivée à Madrid pour le Congrès mondial contre la peine de mort, l’appareil touche le tarmac…

Cette nouvelle aventure débute un jour 5 : « Voyagez, agissez, communiquez, attendez-vous à des changements ou à des surprises. » Autant fêter ce changement par un verre de Rioja, un gaspacho et une portion de tortilla…

#Off2Europe © GILLESDENIZOT

Dès le lendemain, muni des précieux conseils de Lara, j’écumerai les quartiers de La Latina et de Lavapiés à la recherche d’un lieu de vie dans la capitale espagnole…

#HolaMadrid commence…

Un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.