#HolaMadrid — Mars, ou l’aspiration

#HolaMadrid Mars ou l'aspiration

Une brise légère, des draps qui ondulent, des poussières qui dansent…


Voici #HolaMadrid — Mars, ou l’aspiration

#HolaMadrid — Mars, ou l’aspiration

Il n’y eut rien (ou presque) en mars à Madrid… Juste un certain désir de voir le temps passer, vite, et de tourner la page.

En attendant, les bourgeons se décident à éclore, coiffant d’une multitude de fleurs roses les arbres du Café Pavón, révélant le suave parfum de la première grappe d’un lilas dans le Parc du Retiro.

Tout se concentre dans une aspiration à vivre autre chose, sous d’autres cieux, et quand le printemps colore de pastels le monde dans lequel je vis, j’y trouve aussi les prémices d’une nouvelle aventure.

#HolaMadrid — Mars, ou l’aspiration

Un soir, je me rends Plaza de Agustín Lara. Sur un grand mur ocre, un mot a été griffonné en lettres majuscules : OJALÁ

Ojalá… et tout un pan de mon histoire se déploie :

#InAfrica Tanger — les cours d’espagnol et d’arabe à l’Institut Cervantes, où j’appris qu’Ojalá nous parvint de l’ancien espagnol oxalá (prononcé [o.ʃa.’la]), lui-même issu de l’arabe andalou وإن شاء الله, law šá lláh (« si Dieu veut »), ان شاء الله inch’Allah en arabe classique… (ironie du sort que l’un des plus beaux mots de la langue de Cervantes soit issu d’un passé glorieux, dont les descendants sont à présent vilipendés)

#Off2Sudamérica Jericó, Colombia

#Off2Sudamérica Colombia — À Jericó, dans des senteurs de cardamome et de torréfaction, la phrase Ojalá que llueva café… que chante Juan Luis Guerra

Ojalá… L’interjection utilisée quand l’on ressent un fort désir que quelque chose se produise, mais qui survient aussi pour exprimer un résigné « si seulement ! »

  • Si seulement le subjonctif n’était pas le mode de l’incertain…
  • si seulement nous pouvions nous libérer de l’envie, du souhait, du désir, de l’émotion, de l’obligation, du doute ou de l’incertitude…
  • qu’ils fussent moins cruels
  • que vous eussiez réalisé le pourquoi du comment
  • que nous puissions revenir en arrière
  • qu’il appréciât davantage
  • que tu te souvinsses
  • que je dansasse encore sous la pluie de la mousson
  • que tout soit conjugué au plus-que-parfait, au futur à venir…
  • et que celui-ci —ojalá— nous agrée…

Ojalá las paredes no retengan tu ruido de camino cansado

Que les murs ne retiennent pas ton bruit de route fatigué

comme le chante Silvio Rodríguez

et que tes pas te guident à nouveau jusqu’au rivage lointain…

#HolaMadrid — Mars, ou l’aspiration

#LuzParaLaCañada

Le 2 octobre 2020, l’entreprise Naturgy et le Gouvernement de la Communauté de Madrid décident de couper l’électricité à près de 4 000 personnes, dont 1 800 enfants, qui vivent désormais dans l’obscurité. Cela se passe à la Cañada Real Galiana, à 12 kilomètres de la capitale, le long de l’autoroute M50 : le plus grand bidonville d’Europe occidentale.

Dix-sept mois plus tard, le courant n’est toujours pas rétabli. Il y a un mot pour ça en espagnol : vergüenza.