#Off2Africa 39 Dakar Sénégal

Un visa pour la Guinée, des chèvres qui s’abritent à l’ombre des pirogues, des poissons dé(ca)pités, et des étapes qui font rêver…


Mon passeport a passé les fêtes de fin d’année à l’Ambassade de Guinée et s’orne maintenant d’un visa de deux mois. Certes, la date maximale de séjour a été corrigée à la main par l’officier, mais il m’assure que cela ne posera aucun problème. Nous en reparlerons au poste frontalier de Kourémalé, au nord-est de la Guinée, alors que je me rends au Mali… #Off2Africa 39 Dakar Sénégal

Khalid et son taxi m’emmènent chercher le précieux document quand je remarque l’écusson « Paris » sur son tableau de bord. La Ville lumière se rappelle à mon bon souvenir, mais je n’ai aucune envie de rentrer ; je commence tout juste à reprendre des forces et mes prochaines étapes sont si attirantes…

Paris sera toujours Paris, et Paris attendra !

Je commence à préparer la deuxième partie de mon périple : de Dakar à Conakry, où j’ai prévu de me poser pour un temps. La partie Dakar—Ziguinchor en ferry est déjà réservée. J’aurais pu y aller par la route, via la Gambie, mais le pays ne m’intéresse pas plus que ça et les frais de visa sont bien trop élevés pour un si bref passage. J’aurais aussi pu prendre l’avion cependant j’ai surtout envie d’être en mer, de dormir à la belle étoile pour me réveiller sur le fleuve Casamance.

Ensuite, Ziguinchor—Bissau ne semble pas trop compliqué. J’ai hâte de découvrir le deuxième pays imprévu du voyage, après la Mauritanie. Mon ami Jörg me l’a conseillé il y a quelques jours. Il y avait réalisé un reportage photo pour le magazine de bord d’Air Afrique et m’en a tellement vanté la beauté qu’après tout, pourquoi n’irais-je pas aussi ? Le visa s’obtient aisément à Ziguinchor.

C’est décidé, la Guinée-Bissau, ce sera !

La partie la plus exigeante du tronçon Dakar—Conakry est, semble-t-il, depuis Bissau. Quelques routes sont signalées, mais toutes sont difficiles pour ne pas dire mauvaises. Évidemment, celle que j’envisage passe à travers la forêt et plusieurs rivières. Environ 600 kilomètres, dont une bonne partie uniquement à motocross et c’est précisément ce que je me suis promis d’accomplir ! La piste n’est ouverte que durant la saison sèche et la plupart des rares voyageurs choisissent la route qui part vers l’est…

J’aurai bien assez de temps pour régler les détails de l’itinéraire. Le moment est venu de profiter de la plage et du soleil resplendissant ! Ce sont mes derniers jours à Dakar, alors je profite de tout ce que j’aime : les balades dans des ruelles inconnues, les rencontres fortuites avec les habitants, le spectacle toujours renouvelé de la vie qui s’anime lorsque les pêcheurs reviennent au port…

#Off2Africa 39 Dakar Sénégal
Mardi 3 janvier 2017

Durant #Off2Africa, j’avais pour habitude de ne partager qu’une photo par jour, sans légende.
Celle du jour figure en haut de ce récit ; en voici d’autres…

Les commentaires sont fermés.